Cet homme comprend le langage des animaux

Il s’agit d’une fable, celle-ci est très intéressante à lire.

«Ce fermier, qui pouvait comprendre le langage des animaux, s’attardait dans la cour de la ferme chaque soir uniquement pour écouter ce qu’ils se disaient. Un soir, il entendit le bœuf qui se plaignait à l’âne de la dureté de son sort: ‘Je tire la charrue du matin au soir. Peu importe combien il fait chaud ou que mes pattes soient fatiguées, ou bien que l’attelage m’irrite le cou, je dois tout de même travailler. Mais toi, tu es une créature de loisirs. Tu es paré d’une couverture colorée et ne fais rien d’autre que de mener notre maître là où il désire aller. Quand il ne va nulle part, tu te reposes et tu broutes l’herbe verte toute la journée.’

«L’âne, en dépit de ses sabots agressifs, était d’un bon naturel et sympathisait avec le bœuf.

‘Mon bon ami, répondit-il, tu travailles très dur et je voudrais alléger ton sort. Donc, je vais te raconter comment tu peux gagner une journée de repos. Le matin, quand l’esclave vient te chercher pour labourer, couche-toi sur le sol et beugle sans arrêt pour qu’il rapporte que tu es malade et que tu ne peux pas travailler.

«Alors, le bœuf écouta le conseil de l’âne et le matin suivant, l’esclave alla vers le fermier et il lui dit que le bœuf était malade et qu’il ne pourrait pas tirer la charrue.

«‘En ce cas-là, dit le fermier, attelle l’âne pour le remplacer parce que le labourage doit être fait.’  

«Toute la journée, l’âne, qui avait seulement voulu aider son ami, fut contraint de faire le travail du bœuf. Quand arriva le soir et qu’il fut détaché de la charrue, son cœur était amer, ses pattes étaient fatiguées et son cou lui faisait mal parce que l’attelage l’avait irrité.

«Le fermier resta près de la grange pour écouter.

«Le bœuf commença le premier. Tu es un bon ami. Grâce à ton sage conseil, j’ai joui d’une journée de repos.’

«‘Et moi, rétorqua l’âne, je suis comme plusieurs autres cœurs tendres qui commencent par aider un ami et finissent par accomplir le travail à sa place. Dorénavant, tu tireras ta propre charrue, parce que j’ai entendu le maître dire à l’esclave d’aller quérir le boucher si tu étais encore malade. J’espère qu’il le fera, car tu es un compagnon paresseux. Ils ne se parlèrent plus jamais. Là s’était arrêtée leur amitié.»

Clason, George S.. L’homme le plus riche de Babylone / The Richest Man in Babylon (French Edition)

Le livre est disponible ici : https://amzn.to/2JGtvWU

Il y a une morale à cette histoire.

Est-ce que vous la connaissez ?

Je vous laisse un peu chercher et je vous la dévoile demain ! ^^

Prenez le contrôle de votre vie en vous appuyant sur les connaissances du Voyageur™ :

Benjamin

– Sentez-vous bien dès maintenant !

(22 lectures)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Me Contacter

Benjamin ALCON

Mon entreprise

Benjamin-Alcon.com participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.

Création + Référencement
de site internet ou e-commerce

Addresse


INNESHOP SAS  
5/7, rue Mège Mouriès
78120 RAMBOUILLET
FRANCE