Êtes-vous surefficient mental (à haut potentiel) ?

Vous avez l’impression de trop penser. Vous ressassez souvent cette phrase, qui tourne en boucle dans votre tête. Et naturellement, vous aimeriez changer de refrain. Cet article va vous aider à comprendre ce que l’on appelle un surreficient mental, surdoué, ou encore haut potentiel. Et vous saurez probablement vous reconnaître à travers cette description de personnes qui pensent et voient le monde de manière différente.

Vous cogitez toute la nuit et êtes probablement surefficient mental

La notion de ‘trop penser’ est souvent relié à ces personnalités atypiques. Dans les faits, on pense trop quand on est en souffrance. En effet, la plupart des gens n’auraient même pas à l’esprit le fait d’avoir trop de réflexion. L’autre symptôme est que la pensée est de type complexe et arborescente. Etre un « zèbre » ou « surdoué, c’est le fait qu’une idée part sur dix autres idées et ainsi de suite. C’est un processus quasi-infini.

Une pensée en arborescence qui caractérise le surefficient mental

La pensée de type arborescente est une pensée très riche. C’est en fait lié aux nombreuses connexions neuronales dans le cerveau ( ou maillage ). La pensée part dans tous les sens, et jaillit souvent en même temps. Les idées se divisent alors en sous- idées, par association d’idées ou analogies. C’est un fonctionnement qui peut être assimilé à un réseau : chaque idée va alors créer un ensemble d’autres idées, qui vont elles-mêmes créer d’autres idées, etc.

La pensée en arborescence est assimilable au mind mapping ( ou carte mentale). Dans le mind mapping, on représente au milieu une idée générale. Ensuite, on va tracer autour des ramifications de sous-idées liées à l’idée générale.

La plupart du temps,  les gens qui n’ont pas une réflexion trop prononcée ne se sentent pas concernés par le sujet. Les personnes concernent le savent au fond d’eux même, même s’ils refusent parfois de se l’avouer. Les gens qui ne sont pas à haut potentiel le savent.

La différence entre surefficience et haut potentiel

Les études ont démontré que parmi les hauts potentiels, certains individus ont une pensée linéaire tandis que d’autres ont une pensée dite « complexe ». On inclut sous l’appellation ‘haut potentiel’ ces deux types populations. On commence aussi à se rendre compte que les surefficients échouent aux tests de QI.

Il faut savoir que les tests sont créés de façon à ce que à ce vous donniez une réponse à une question. Il faut savoir que chez le surefficient mental, une question amène dix réponses. C’est pour cela que ce genre de texte échoue. Les surefficients sont souvent très émotifs. Ce sont des tests qui les perturbent. Avec le stress du chrono en plus, cela n’arrange pas les choses. En somme, les conditions émotionnelles et affectives leur font échouer les tests de QI. Ces personnalités pourraient trouver leur place parmi les hauts potentiels. Cependant, ces HP sont complexes, et les tests de QI ne sont pas à prendre en compte concernant leur profil.

Comment savoir si l’on est surréficient mental ou surdoué ?

Le dépistage généralisé n’existe pas. Des milliers d’enfants, qui deviennent donc des milliers d’adultes, font partie des surdoués mais l’ignorent complètement. Ils manquent de confiance en eux et le doute les caractérise. Ils pensent, comme beaucoup de gens, qu’une personne très intelligente,   réussit ses études et réussit socialement. Et comme beaucoup d’entre eux n’affichent pas ce niveau de réussite, ou ont l’impression d’échouer, ils ne s’imaginent pas surdoués. Ils rejettent l’hypothèse quand on leur tend la perche. Ces profils atypiques nient ainsi toute douance, qui les caractérise pourtant.

Un bagage d’ordre génétique et héréditaire

Il faut savoir que la douance, de manière générale,  est lié à la neurophysiologie. Il s’agit d’ un bagage génétique transmis par les parents. Ce bagage est caractérisé notamment, par une myélinisation accentuée des neurones. En effet, le gainage est plus important au niveau du prolongement des neurones. Ce qui tend à accélérer   la vitesse à laquelle sont transmises les informations.

Cela évite certaines pertes et fait que le cerveau consomme moins d’énergie dans sa façon de fonctionner. La plupart des zones cérébrales sont davantage connectées entre elles. Cela donne une pensée plus globale,  intuitive, qui souvent défavorise le surdoué, notamment à l’école ou au travail. En effet, cette façon de réagir n’est pas véritablement adaptée à la norme.

Ce câblage particulier donne également au surdoué une plus large acuité de ses cinq sens ainsi qu’une grande sensibilité émotionnelle, que les proches ne comprennent pas toujours. On l’estime alors hypersensible, mais cela n’est pas perçu comme une qualité. On trouve aussi qu’il n’est pas mature. Il est beaucoup plus empathique que la moyenne. En résumé, un surdoué pilote une formule 1 ( en l’occurrence, son cerveau ). Ce qui rend le véhicule de pensée plus dur à conduire qu’une petite voiture de ville.

Tout cela est en fait transmis, de manière héréditaire. On peut le constater dès repérable dès les premiers mois de la vie si on y prête attention. Sachez que si vous êtes parents, et que votre enfant se révèle être surdoué, vous l’êtes sans doute aussi. Votre femme ou votre mari également car ces profils se retrouvent souvent ensemble. Aussi, si vous ne vous sentez pas très bien dans votre peau, si vous vous posez des questions, que vous avez le sentiment d’être en décalage avec les autres, alors pensez aux caractéristiques qui pourraient faire que vous vous trouvez dans la douance. Cela vous permettra de comprendre que vous avez des forces, des atouts que d’autres n’ont pas.

En résumé : le profil d’un surreficient mental, d’un surdoué ou haut potentiel

Vous ne trouviez pas votre place à l’école ? Certains professeurs ne vous comprenaient pas, avec un mauvais jugement sur vous? Pour faire passer le temps , vous vous réfugiez sans doute dans vos rêves. Les résultats n’étaient pas à la hauteur, car cela ne vous passionnait pas le moins du monde. Ou alors il fallait que vous ayez une bonne affinité avec le professeur. Peut-être avez-vous eu du mal à apprendre par cœur, sachant que vous connaissiez vos cours.

En somme, la plupart de ces profils décrochent durant leur scolarité. Ils se sentent dépassé et ne trouvent pas de sens à ce qu’ils font.  Les surreficients ou hauts potentiels étonnent souvent par leur capacité de concentration et de mémoire.

Il faut simplement qu’ils soient motivés. Ces profils atypiques enregistrent souvent des détails qui passent inaperçus pour les autres. Ils aiment apprendre des choses et transmettre ce qu’ils ont appris. Les surdoués sont parfois étourdis, et passent d’une idée à l’autre. Ils se sentent en décalage, et n’ont souvent pas conscience de leur profil. Qui est pourtant d’une grande richesse. Si vous vous êtes reconnus parmi ces lignes, vous avez sans doute compris à quel étage vous vous situez.

(10121 lectures)

Comments (6)

  • Haut Potentiel, surdou-ement ou -ance, surefficience intellectuelle : tout ceci me laisse perplexe. Je me suis effectivement senti différemment, et incompris, toute ma vie et cette différence n’est pas un simple ressenti : elle n’a fait que croître avec les années, les décennies, la distance se creusant avec autrui qui, dans ses innombrables visages, est de mon point de vue construit sur le même moule, animé d’une même mentalité avec des variantes et même des singularités indéniables, mais cependant, identique, universelle. Si la distance s’est creusé, c’est que je n’ai cessé de m’interroger, de tout interroger, d’interroger le sens des choses dans tous les sens : rien n’est jamais allé de soi pour moi, aucune réponse ne m’a jamais contenté. Et au fur et à mesure de mon exploration tous azimuts, j’ai appris et dans le même mouvement, changé, grandi, évolué avec pour perspective… l’infini ! En même temps que le sens des choses, j’ai interrogé mes semblables également, le plus souvent discrètement, tendant des perches, cherchant un vrai semblable : non pas quelqu’un qui soit comme moi, mais un interlocuteur, un autre digne de ce nom, dont le contact m’enrichisse vraiment, pleinement. J’ai cherché ainsi dans mon entourage proche, puis j’ai élargi le cercle aussi loin que je pouvais, c’est à dire très loin de mon lieu et de ma situation de naissance grâce au développement d’Internet. J’ai parlé avec des artistes, des philosophes, des écrivains, des scientifiques dont quelques noms connus et du premier abord, qui me semblait être en mesure de comprendre ce qui m’anime : hélas, il ne suffit pas d’être performant intellectuellement, en termes de vitesse et de finesse de traitement de données ; ces performances, les ordinateurs les accomplissent d’ailleurs bien mieux que nous ! (Il me semble bien qu’un ordinateur a ainsi battu l’un des plus grands joueurs d’échecs de l’Histoire.) Cette… intensité… immensurable, immarscessible, que j’éprouve partout, toujours, sans aucun temps mort, demeure mon secret après quelques milliers (sans doute une dizaine de milliers, au vu de l’énergie inlassable que j’y ai consacré) de personne de tous horizons que j’ai approchées les plus souvent furtivement pour éviter de ‘choquer’ : à ce jour, j’ai échoué à trouver l’autre à qui je puisse la confier à fond, car il serait en mesure de la comprendre, comme il pourrait aussi me confier son ‘secret’ car je serais capable d’en apprécier la signification. Pour finir, une chute à laquelle on ne s’attend sans doute pas au regard de ce que j’ai écrit : j’ai trouvé le grand amour depuis plus de 20 ans, et nous formons une famille heureuse avec nos deux enfants. Ni ma femme ni mes enfants ne sont en mesure de me comprendre, mais du moins, nous nous aimons vraiment : il est bien vrai, bien que ce soit très bateau de le dire, que l’amour est sans raison !
    Si jamais quelqu’un passait par là, qui ait l’intuition que nous soyons sur la même longueur d’onde, qui ne cherche pas à être conforté dans ses certitudes, ses croyances, son moi psychologique, qui soit différent, singulier réellement et dans un sens fondamentalement heureux, riche d’un plus qui s’est révélé impartageable : je lui laisse mon adresse ; pallyas at icloud point com. Un miracle est toujours possible (je le pense sincèrement).

  • Bonjour, un mentaliste m’a dit récemment que j’étais un HP. Bien sûr je n’avais aucune idée de ce que c’était. Je viens donc de lire cet article, et j’avoue être un peu perturbée par la concordance. J’ai toujours tout fait pour qu’on me comprenne, et j’ai enfin l’impression que c’est le cas. Merci beaucoup !
    Par contre, je n’ai aucune hyper sensibilité. Au contraire, j’ai bite appris à bloquer toutes émotions et même à effacer des choses de ma propre mémoire afin d’avoir un recul constant sur les choses et d’appréhender au mieux chaque situation. Le truc, c’est que je n’arrive plus à ressentir les choses maintenant. Alors vient ma question: peut on brider voir faire disparaître des parties de son haut potentiel ?

  • Bonjour je me suis reconnue dans beaucoup de point mais l’un des points essentiel c’est la mémoire et la compréhension rapide que je n’ai pas du tout , et je me considère pas du tout comme une surdouée au contraire , j’ai toujours eu des difficultés à apprendre à l’ecole, et j’ai pas beaucoup de connaissances en histoire ou même tout autre domaine , Alors je ne suis pas sûr d’en être une qu’en pensez vous ? Merci beaucoup

  • Bonjour,

    Etant reconnu depuis peu comme « surefficient mental » (même si cela est pour moi une question neuro-physiologique dû au fait d’être et de demeurer être au sein d’une hypersensibilité qui, même si; acquise par le biais de stimulis divers et variés, représente une typologie rare en somme,) J’en viens à coincider ici que la vie peuvent avoir les gens comme moi peuvent par preuve d’empathie et ainsi, d’exponentialité, ressentir voir « ressasser » toutes bribes de conflits quels qu’ils soient acquise de mon plein gré, peux s’avérer être catastrophique de fait de non reconnaissance (traitements des troubles etc) au sein de la société…

    J’ai eu un QI de 152 à 5 ans, je n’ai été à la maternelle que quelques mois la première année, puis, on m’a « jeté/autorisé » à aller directement dans une sphère d’attente de 3 ans supplémentaire pour aller au CP car je savais lire seul à 3,5 ans, j’ai débuté ce shéma (la vie., l’émerveillement avec une envie de croître qui fut stoppé par la même raison par laquelle j’adresse ce message, c’est à dire que ce système colporte seulement en son sein, c’est à dire en 2020, que ce qui dépasse d’un moule « peux » alors être considéré objectivement en tant qu’objet (au sens psy) comme étant « sein », ce qui, pour en faire un résumé, est une indignation collective ET Humaine que le système tend à proliferer avec (visiblement) « grâce » de fait qu’il s’agissent là d’une question, en ce qui me concerne, de psycho-émotivité, condescendante d’un monde qui tourne autour de carrefours sub-divisées ou (pour résumé) l’on cherche tellement à ne plus faire repaitre nos shémas négatifs que (pour résumé plus brièvement) le simple fait d’en resorber l’essentiel autrement peux faire dire que (bref…)

    Il y a autant à mon sens de surefficient mentaux que de castes voir de « profils » dans ce monde, que cela en vient catastrophique que de considérer qu’après ceci demeure être une spirale de néant abrutissant le système (voir : l’amour ?) au point où,

    Et, à titre personnel, j’ai certes personnellement eu un QI de 152 dans l’enfance, mais, ai eut cependant tellement ressenti de connivence inversé de la part du TOUT de ce monde, qui, invoqué, m’a tellement refletté la latence globale d’une dérision sans précédent Que j’affirme sans précédent Que;

    Et ce sans m’en « plaindre », bien évidemment, que j’avais dès la naissance tellement de « dons (?) » que l’on aurais voulu faire de moi (exemple un « génie » en «  »mathématique » ») tellement de manière moche que je demeure être avec une vie archaïque qui ressemble bien plus au sens établit, par les guerres, misères et dérisions humaines, qu’au fait de demeurer être dans une spirale de durabilité de sorte de surdouance quelconque prôné par un système destructeur qu’en défintive..

    Et à titre personnel, je suis le genre de personne classifié par des matrices psychiatriques, comme étant un schizophrène dysthymique avec précocité intellectuelle et qui n’a rien à avoir avec ces injustice, à tel point qu’au firmament, j’ai envie de dire aux personnes lisant ce message que par le biais de Programmation-Neuro-Linguistique Appliqué par des bases acquises en terme d’auto-didactie, on peux, réellement, si l’on le trouve la motivation originel de son « soi », vivre libre et, ainsi, rééquilibrer une harmonie même pensée « dissoute » ou « camisolée » par le fait que c’est seulement depuis peu, qu’en terme « globale » les effervescences de sens acquises par la souffrance, permettent aux personnes comme moi, à s’identifier, se retrouver, se ré-auto-identifier, à des shémas bien plus classiques et éthérés, que sont, actuellement, la plupart des autres !

    Courage à tous !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Me Contacter

Benjamin ALCON

Mon entreprise

Benjamin-Alcon.com participe au Programme Partenaires d’Amazon EU, un programme d’affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.

Création + Référencement
de site internet ou e-commerce

Addresse


INNESHOP SAS  
5/7, rue Mège Mouriès
78120 RAMBOUILLET
FRANCE